PrécédentSommaireSuivant
Accueil RED&S

LES RENCONTRES DE MEZE 16-19 juin 1996
Les stratégies environnementales des firmes et le développement soutenable

Jean-François NOËL
Université d'Angers & C3ED, Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines

 


 

La recherche du développement soutenable, c'est-à-dire d'un développement économique compatible avec le respect des contraintes écologiques et d'une certaine cohésion sociale, a d'abord émergé dans les milieux des organisations internationales puis s'est objectifs ont été repris par les états. Un des traits remarquables de ces dernières années est l'élaboration des stratégies de développement soutenable de la part des firmes industrielles et commerciales ou d'organisation professionnelles de branches.

Ces stratégies sont des stratégies pro-actives, en ce sens qu'elles ne se bornent pas à réagir aux obligations de la réglementation ou aux instruments économiques (taxes quotas, etc.) des politiques de l'environnement. Ce faisant, elles ont bien quelque chose de commun avec la recherche de la soutenabilité.

On peut distinguer trois grands types de stratégies dans ce domaine:

  1. L'environnement comme opportunité stratégique directe. Le souci de protéger l'environnement se traduit par l'élaboration de nouveaux produits, des produits "verts" ou des produits "sans ...". II faut pour cela que la firme ait la maîtrise technique (innovations de process ou de produits), que les consommateurs modifient leur style de vie, qu'existe une capacité à faire connâître les nouveaux produits (publicité, marketing). La régulation de cette stratégie s'effectue par le biais de la normalisation ,seule capable de certifier la réalité de l'innovation pro-environnementale.

  2. La régulation de l'environnement comme domaine d'action stratégique A partir du moment où les politiques d'environnement sont acceptées par les firmes comme un fait accompli et dans la mesure où leur coût menace la compétitivité des firmes, celles-ci peuvent choisir d'influencer ces politiques, en devenant partenaires de l'administration dans la négociation et la mise en oeuvre de ces politiques. La régulation d'une telle stratégie prend souvent la forme contractuelle, ou celle d'un engagement unilatéral, ou encore celle d'un code de bonne conduite collectif (négocié au niveau des branches).

  3. La production d'image publique ou l'avantage d'être perçu comme environnementalement responsable. Les entreprises mettent désormais en avant leur responsabilité en matière d'économie d'énergie, d'utilisation des ressources naturelles, des pollutions permanentes ou accidentelles, de gestion des déchets, du recyclage et même de la conservation de la nature.. Les firmes cherchent ainsi à se donner une image de respectabilité en contribuant positivement à la prise de conscience environnementale auprès du grand public. Une bonne image environnementale peut se transformer en avantage commercial direct ou être avantageuse dans la négociation d'accords de régulation avec les autorités publiques.

Une étude plus approfondie de ces stratégies pourrait mieux expliquer comment s'effectue l'intégration de considérations écologiques, économiques et sociales dans la gestion des ressources et la prise de décision des firmes. On a là, au niveau des firmes, un aspect important du développement soutenable.

Dans la mesure où elles intègrent des préoccupations de légitimité sociale, les stratégies environnementales concernent également l'aspect social de la soutenabilité.

Enfin les stratégies environnementales des firmes sont liées à des enjeux importants pour celles-ci. Elles doivent correspondre à leur capacité de gestion de l'incertitude, tant au plan des risques commerciaux (produits nouveaux) qu'à celui des responsabilités (en cas d'accident par exemple).

En conclusion, on voit donc que les stratégies environnementales des firmes fournissent la version "managériale" du discours sur le développement soutenable. Cependant, cette récupération ne va pas sans tensions, d'un côté avec la nécessité du profit, de l'autre avec la notion d'intérêt public.

PrécédentDébutSuivant
© Réseau Européen Droit et Société